Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Michel Serres, ce tiers (instruit)

Michel Serres nous a quittés le 1er juin dernier. En septembre 91, je sortais à peine du service militaire, et ignorais encore que je m'engagerais dans des études de philo avec l'intention de faire l'agreg, lorsqu'un ami (aujourd'hui disparu) me parla avec enthousiasme d'un livre dont le titre m'intriguait : le Tiers-Instruit... Je l'achetai au lendemain de notre conversation. Je mis dix ans à le lire et vingt ans à le comprendre. J'en tirai en 2014 une phrase pour m'en servir d'épigraphe à mon livre Seuls : « Apprendre : devenir gros des autres et de soi. Engendrement et métissage. »

 

 

michel serres,le philosopheJ'ai d'abord pris ce livre pour celui du voyageur, celui qui doit partir, traverser la mer, et qui, au retour, n'est plus le même. Bariolé de toutes ses expériences, il ne peut offrir à la foule qu'un manteau d'Arlequin dont on se moquera aussitôt. Cet homme avec son manteau étrange va prêter aux rires et aux quolibets.


Puis, j'ai compris, que c'était la métaphore moderne du philosophe, de l'apprenti (sage). Celui qui ne peut afficher qu'une diversité de différences vécues durant ses nombreux voyages, revenant à la maison, métisse, métissé, avec de nouveaux gestes, d'autres usages. J'ai enfin saisi que c'était aussi, le sort de celui qui a pris des chemins de traverse, qui est différent parce qu'il a une expérience unique.


De celui qui a refusé d'être fondu dans le rail, dans les habitudes et dans les fonctions ordinaires auxquels il ne croit pas. Ce manteau est alors le résultat de sa liberté. À son retour, il a la tierce place, celle qui prend avant tout un sens spatial et temporel puisque c’est le milieu, le col, le point de passage, mais aussi le midi de l’apprentissage, l’instant béni où l’idée illumine, où le corps intègre enfin le geste tant répété et où la certitude vient que la chose est désormais possible, qu’elle est à portée de main !


Miracle laïque de la tolérance, de la neutralité bienveillante, de l'accueil et de la paix. Cet homme a pris le meilleur chemin, celui des plus longs détours et qui l'ont conduit au miracle de l'inventivité, de la liberté de l'invention, et de la pensée authentique, car libre... Cet arlequin-là est devenu philosophe !

michel serres,le philosophe

Mcihel Serres (1930-2019)


Michel Serres, Le Tiers-Instruit, François Bourrin, 1991.


michel serres,le philosopheMichel Serres (1930-2019) philosophe et académicien, est mort à l'âge de 88 ans. Il a nourrit de la générosité de sa plume et de sa pensée une longue tradition philosophique française, en fournissant un travail heureux et salutaire autour des sciences humaines et des avancées technologiques, travaillant jusque récemment sur ce qu'il appelait les générations mutantes. Il observait ainsi son époque, en mariant un joyeux optimisme et  une pensée éclairée, contre les vieux papas ronchons et les handicapés du coeur, au risque souvent, d'être pris pour un imbécile. 

Commentaires

  • Votre texte rendant hommage à ce grand homme plein d'humanité et d'humilité est remarquable. Merci

Écrire un commentaire

Optionnel