Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La crise de l’éducation selon Hannah Arendt

Hier une amie, tout fraîchement agrégée d’anglais, démarre dans son nouveau bahut et m’écrit le soir même le mail suivant : « De mon côté, je suis ravie d'être dans mon petit collège du Cannet... avec mes petits 6èmes... j'essaie d'être ludique et ça me rappelle beaucoup mon expérience de lectrice aux E.U. » Eh oui, les États-Unis sont le laboratoire (de catastrophe générale ?) de notre bonne vieille zéropaland !

crise.jpgCe principe « stupide » (mais nécessaire de plus en plus aujourd’hui !) qui consiste à rendre les cours ludiques sont à la base d’une réelle crise de l’enseignement que connaît l’école française aujourd’hui.

 

De cela Hannah Arendt dans les années 60 s’en faisait déjà l’écho. Hannah Arendt, philosophe que l’on néglige d’ailleurs trop souvent malgré la place de tout premier choix qu’elle occupe en philosophie politique, fut le disciple de Martin Heidegger, avant d’avoir à fuir parce qu’elle était juive, l’Allemagne nazie, pour se réfugier aux Etats-Unis où elle trouva l’asile politique. De fait son œuvre questionne presque essentiellement les divers régimes politiques, les limites de la démocratie, et notamment le totalitarisme.

 

Mais c’est dans un splendide ouvrage qu’il s’agit de lire et relire tant il est prophétique, actuel, La crise de la culture, que l’on trouve ce superbe article « La crise de l’éducation »[1] que j’ai relu et synthétisé ici, pour mieux saisir les enjeux de la crise de l’autorité sévissant dans nos écoles et dans nos sociétés modernes, et essayer d’en comprendre les conséquences, ou tout du moins les enjeux.

 

Le problème posé par Hannah Arendt est le suivant : pourquoi l’éducation américaine est-elle en crise lorsqu’on sait combien l’Amérique place sa confiance en une « perfectibilité indéfinie » ?

doisneau.jpg

 Robert Doisneau - Les enfants des rues et l'école

Partie I

Années 60, les Etats-Unis connaissent une crise de l’éducation sans précédent, crise qui crée une grave crise politique.

 

Premier constat : aux Etats-Unis, l’éducation joue un rôle fondamental : elle favorise l’« américanisation » des enfants d’immigrants. L’éducation est donc la « seule gageure de fondre les groupes ethniques en un seul peuple »[2]. Une américanisation qui passe surtout par l’apprentissage de la langue anglaise.

 

 « L’éducation ne peut jouer aucun rôle en politique car en politique ce sont toujours à ceux qui sont déjà éduqué que l’on a affaire »[3]. Alors qu’en Europe, on prétend pouvoir éduquer des enfants en les préparant, sans pour autant souhaiter leur donner une place ni leur donner l’occasion d’innover.

 

En Amérique, comme ce n’est pas le cas, le jugement concret en devient plus difficile. En réalité si l’Amérique connaît une crise de l’éducation c’est parce que la politique même de ce pays c’est d’égaliser tous ces concitoyens en effaçant les différences (jeunes/vieux ; doués/non doués ; enfants /adultes ; professeur / élève) et ce la s’en ressent sur l’autorité qui connaît un notable fléchissement.  

doisneau4.jpg

Robert Doisneau, La Libellule,
École de la rue de Verneuil, Paris, mai 1956

 

Partie II

A partir de la crise de l’éducation, de l’autorité des enseignants, et de l’enseignement en général Hannah Arendt dégage trois grandes idées :

La première idée, qui explique les raisons de ce délitement de l’éducation et de l’autorité, c’est la division au sein de la société de deux groupes : celui des adultes et des enfants. L’autorité des adultes est remise entre les mains d’un enfant qui au sein du groupe des enfants dit aux autres ce qu’ils doivent faire. Cela créé un renversement : l’enfant n’est plus un individu mais un membre du groupe auquel il ne peut se soustraire à l’autorité. De fait, « affranchi de l’autorité des adultes, l’enfant n’a donc pas été libéré, mais soumis à une autorité bien plus effrayante et vraiment tyrannique : la tyrannie de la majorité. »[4]

 

La deuxième idée : celle-ci a trait à l’enseignement lui-même : sous l’influence de nouvelles méthodes pédagogiques, dites « modernes », l’enseignant ne transmet plus un savoir précis qu’il aurait d’abord appris dans l’effort à maîtriser, mais enseigne « n’importe quoi »[5]. De fait, il peut lui arriver d’en savoir moins que l’élève et cela affaiblit d’autant son autorité d’enseignant, qui demeure celui qui maîtrise la discipline qu’il enseigne. Cette théorie qui est fautive dans la crise actuelle de l’éducation appelle la troisième idée : selon les théories modernes, il s’agit de conduire le plus efficacement les enfants dans le monde. Pour ce faire, dans les écoles on substitue « autant que possible le faire à l’apprendre », ce qui revient à dire, qu’il s’agit dès à présent de remplacer l’enseignement d’un savoir par l’inculcation d’un savoir-faire. On rend les enseignements ludiques car on considère que « le jeu est le mode d’expression le plus vivant. »[6] Dans ce cas de figure on prétend assurer l’entrée de l’enfant dans le monde, tout en préservant son « indépendance » alors qu’on l’infantilise et le maintient « artificiellement » dans l’enfance, en l’excluant du même coup, du monde des adultes. Selon Hannah Arendt, cela brise précisément la relation qui devrait s’installer entre enfants et adultes et va contre le fait que l’enfance n’est qu’une phase transitoire, un passage d’un monde à un autre : celui des adultes.

 

Dès lors, de ce constat flagrant (vérifiable en France en 2000), Hannah Arendt dégage deux grandes questions : 1. Pour quelles raisons a-t-on pu, pendant des années parler et agir en contradiction si flagrante avec le bon sens ? 2. Quelles leçons pouvons-nous tirer de cette crise, quant à l’essence de l’éducation, en réfléchissant précisément au rôle que joue l’éducation dans toute civilisation ?

 

doisneau2.jpg

Le cancre par Robert Doisneau

Partie III

Hannah Arendt commence par la seconde question : les enfants sont des « nouveaux venus » en devenir dans un monde qui leur est étranger. Un devenir qu’il partage d’ailleurs, nous précise Hannah Arendt, avec tous les autres êtres vivants. Aussi l'enfant nécessite-t-il d'un abri dans le monde privé, de parents qui le protègent du monde public.

 

Or, en fusionnant les deux domaines (public et privé) par l’instauration d’un monde propre à l’enfant, les adultes détruisent « les conditions nécessaires de leur développement et de leur croissance »[7]. C’est à l’école de s’intercaler entre la famille et le monde. Les adultes sont censés être les responsables de l’épanouissement de l’enfant selon Hannah Arendt, et cette responsabilité dans l’éducation s’exerce sous la forme de l’« autorité ». Nous revenons toujours à cela !

 

Constat sans appel de l’auteur : l’autorité ne joue plus le moindre rôle voire ne trouve plus aucune représentation dans notre monde contemporain. Et « si l’on retire l’autorité de la vie publique et politique cela veut dire que la responsabilité de la marche du monde est demandée à chacun »[8]. Mais dans le cadre de l’école, la disparition de l’autorité ne peut être que la cause d’une grave crise car cela veut dire que les adultes se défaussent de leur responsabilité, la première étant d’assumer le monde dans lequel ils ont placé les enfants.

 

Et cette disparition de l’autorité comme par la sphère pré-politique, s’étend au domaine public pour finir dans le domaine privé.

doisneau7.jpg

« Le cadran solaire », Paris, 1956.  (Photo Robert Doisneau)

 

Partie IV

Selon Hannah Arendt cette crise de l’autorité est le fruit d’une crise de la tradition inspirant l’allergie de tout ce qui touche au passé[9]. Or l’éducation ne peut négliger l’autorité « faire fi » de celle-ci au nom du progressisme. Le philosophe rappelle qu’elle ne peut s’exercer dans un monde qui ne serait pas structuré par l’autorité ou la tradition[10].

 

  1. Il faut expliquer aux enfants que le monde dans lequel ils vivent est plus vieux qu’eux, ce qui nous interdit de négliger le passé.
  2. Une ligne sépare les enfants des adultes et cette ligne nous montre qu’on ne peut ni éduquer les adultes ni traiter les enfants comme s’ils étaient déjà de grandes personnes. Cette ligne ne doit d’ailleurs jamais être installée définitivement comme si elle était un terme. Elle n’est que provisoire et s’efface avec le premier diplôme.

 

C’est ainsi que, par l’éducation et le soin que nous lui portons, nous prouvons selon Hannah Arendt, que nous aimons nos enfants ou non.

 

doisneau8.jpg

Robert Doineau, Une salle de classe, 1957

 

En couverture : Hannah Arendt en 1972.

________________________________

[1] p.223 à 252.

[2] p.225.

[3] pp.277-228.

[4] p.233.

[5] « Puisque le professeur n’a pas besoin de connaître sa propre discipline, il arrive fréquemment qu’il en sait à peine plus que ses élèves », p.234.

[6] p.235.

[7] p.240. « Plus la société moderne supprime la différence entre ce qui est privé et ce qui est public, entre ce qui ne peut s’épanouir qu’à l’ombre et ce qui demande à être montré à tous en pleine lumière du monde public, autrement dit plus la société intercale entre le public et le privé une sphère sociale où le privé est redu public et vice versa, plus elle rend les choses difficiles à ses enfants qui par nature ont besoin d’un abri sûr pour grandir sans être dérangés », p.241.

[8] p.241.

[9] p.247.

[10] p.250.

Les commentaires sont fermés.