Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maurice G. Dantec : Mega-Machine(s)

Pour faire suite à la disparition de l'auteur du polar millénariste Le Racine du mal, je republie ici l'article que je lui avais consacré dans Le Journal de la culture en 2005 pour son Cosmos inc.

Maurice G. Dantec : écrivain rock, écrivain culte pour certains, cyber-auteur, romancier de destruction massive, fou délirant, chrétien déviant, punk-anarcho-réactionnaire, était largement inspiré de ses maîtres : Duns Scott, Saint Thomas d’Aquin, Frédéric Nietzsche, Ernest Hello, Joseph de Maistre, Léon Bloy, pensant, et dialectisant avec le monde et ses éléments.


En 1993, il avait publié La sirène rouge, en 1996, Les racines du mal, en 2000, Le théâtre des opérations, 2003, Villa vortex. Puis il s’est mis à être de plus en plus seul. Cette solitude, il la devait à une exigence de fer, et surtout, des textes de plus en plus hermétiques, opaques, ainsi que des prises de positions souvent malheureuses. Revenu au roman policier de ses débuts Les résidents paru aux éditions Inculte ; il prophétisait la mort rapide du monde occidental.

 

 

Nous pouvons utiliser les objets techniques et nous en servir normalement mais en même temps, nous en libérer, de sorte qu'à tout moment nous conservions nos distances à leur égard. Nous pouvons faire usage des objets techniques comme il faut qu'on en use. Mais nous pouvons, du même coup, les laisser à eux-mêmes comme ne nous atteignant pas dans ce que nous avons de plus intime et de plus propre. Nous pouvons dire "oui" à l'emploi indispensable des objets techniques et nous pouvons en même temps lui dire "non", en ce sens que nous les empêchions de nous accaparer et ainsi de fausser, brouiller et finalement de vider notre être. Mais si nous disons ainsi à la fois "oui" et "non" aux objets techniques, notre rapport au monde technique ne devient-il pas ambigu et incertain ? Tout au contraire. Notre rapport au monde technique devient, d'une façon merveilleuse, simple et paisible.

 

Heidegger, Essais et conférences - 1954 

 

A la fois auteur de romans de SF et penseur de notre époque postmoderne, Dantec ne laisse pas indifférent, loin s'en faut. Mais qui est-il réellement ? Qui est Maurice G. Dantec ? Quel écrivain ? Quelle idéologie ? Quel genre ? Tout le monde connaît la polémique à propos de son entrée en dialogue avec les « identitaires ». Depuis, Maurice G. Dantec est passé des éditions Gallimard aux éditions Albin Michel, pour y publier un roman déconcertant à plus d’un titre, notamment en raison de l’ambition de son projet. Ce roman, intitulé Cosmos Incorporated[1], n’a rien à envier à ses prédécesseurs. Œuvre foisonnante, multiple, truculente, novatrice, elle flirte avec plusieurs genres : le roman noir, le thriller technologique urbain, l’anticipation, la SF, et le roman à thèses. Les œuvres de Maurice G. Dantec sont ancrées dans notre réalité politique, sociale et économique du début de ce siècle. Préoccupé par l'avenir, ou plutôt la décadence de l'Europe (qu'il appelle Zéropaland) et qui est selon lui morte-née, par l'axe progressiste-universaliste de la gauche actuelle, l’écrivain cyber-punk utilise des romans hybrides pour opérer la dissection terrifiante d’une réalité contemporaine immédiate, qu’il projette dans un futur apocalyptique.

 

Dantec, écrivain cyberpunk

Maurice G. Dantec est un écrivain en exil : écrivain « cyberpunk », troublions devenu depuis la publication de son journal Le Théâtre des opérations[2] penseur des décombres, c'est ce qu'on peut appeler un écrivain non-formaté, hors des clous du politiquement correct, une voix qui dérange mais ne laisse pas indifférent. Suivi par des amateurs du roman noir, ou de la SF technologique, souvent friands de théorie du complot, il se rattache sans mal à au mouvement « Cyberpunk » alliant les deux composantes : « cyber » désignant la « cybernétique » (art de gouverner) et les nouvelles technologies associées notamment à l'informatique, et « punk » renvoyant au mouvement de contre-culture qui porte ce nom. A la fois mouvement littéraire et contre-culture, le Cyberpunk c’est la science-fiction à l’ère de l’urbanisme et des réseaux informatiques[3].


De sa retraite québécoise, l'écrivain dissèque l'actualité, observe ce monde en voie d’extinction, tel qu'il le considère, avec Michel Houellebecq (autre écrivain dépressioniste autorisé).

Et Dantec fait le constat suivant : tout est actuellement récupéré, digéré par un système qui ne pense plus, aux prises des schémas traditionnels et des dogmes de l'hypocrisie marchande et politicienne. Pour se sauver de ce marasme intellectuel et philosophique, il prend les chemins escarpées d'une pensée plutôt de droite, mais qui n'oublie personne,  parmi les grands penseurs (Deleuze, Foucault, Heidegger, de Maistre). Il propose aussi, par ses journaux, et ses romans, une vraie boite à pharmacie contre l’intolérance, la (dé)culturation ambiante, les cabales idéologiques, la fin de la littérature, le délitement des liens sociaux, les débats politiques transformés en discours politiciens, bref, il nous enseigne la technique de survie en territoire zéro, il nous enseigne l’art de la lutte dans les catacombes de l’Occident. Et voilà pourquoi finalement, Dantec ne craint rien, ou plus rien, ni les insultes ni les crachats ni le mépris de jeunes branleurs du verbe : Dantec comme Nietzsche (même si ses outils ne sont pas aussi inspirés que ceux du philosophe allemand) écrit pour les générations futures, générations post-nihilistes. On peut pourtant dire, en jouant sur les mots, que Dantec est ce Zarathoustra des décombres, ce Zarathoustra qui vient nous confirmer non seulement la mort de Dieu, ou la fin de l’homme, mais aussi la fin d’une ère : le règne de l’Occident, et de la vieille Europe qui ne cesse de s’effondrer. Il annonce la fin des fausses valeurs, quelles soient politiques, économiques, philosophiques, littéraires. Et nous prépare à un nouvel ordre métaphysique. Il nous y prépare avec des penseurs d’une trempe rare, comme Bloy, Céline, Nietzsche, Heidegger, Deleuze, Popper, Korbzyski, Marx, Bataille, Dumézil, Debord, Foucault, et des auteurs maudits tels de Maistre, ou encore Drieu de la Rochelle (de quoi faire hurler dans les cercles parisiens - mais n'est-ce pas aussi une ruse pour faire parler ?) Une belle liste d’auteurs « sulfureux » à faire frémir la pensée unique actuelle, pensée qui ne pense plus mais qui répète, selon des mouvements très pavloviens. Pour enfoncer le clou, Dantec conchie le mitterrandisme, n’aime ni les archéo-staliniens, ni les néotrotkistes.

De quoi faire frémir tous les flics de la « pensée correcte », tous les moralistes de bazar, les défenseurs de la « tolérance universelle».


Bienvenue dans les ruines du futur

D'où tout l'intérêt pour nous tous de découvrir ce nouvel arrivage gravé : « Dantec » ! Pour ceux qui avaient été décontenancés par Villa Vortex[4], mauvaise nouvelle, ce nouveau roman s'inscrit dans sa droite ligne, plus qu'il ne se présente comme un « vrai » retour aux sources, celles des Racines du mal[5], ou de La sirène rouge[6].  Il faut suivre les multiples pistes possibles qui donnent à penser les nouveaux enjeux de notre monde occidental soumis au règne de la technique et du nihilisme. La SF est le genre par excellence pour un écrivain cyberpunk comme Dantec, dont le présent est un véritable « laboratoire » duquel il tire ses paranoïas d’apocalypse politique et spirituelle, ses visions cyberpunks[7], ces délires technico-mystiques. Le futur pour Dantec ne sera plus que catacombes, dissidences, multiples guerres, réchauffement climatique, fin du pétrole et règne des machines. Bientôt, si l’on se réfère aux visions que Dantec nous rapporte de notre futur, la terre sera ravagée par la pollution, les combats inter-éthniques et interreligieux ; le monde ne sera plus qu’une zone trouble du monde formaté qui se sera installé après les dévastations du « grand Djihad ». On retrouve d’emblée, l’obsession d'un Dantec converti récemment au christianisme, pour la guerre sainte. Une guerre des mondes, guerre totale que le terrorisme islamiste inaugure certainement, à grands renforts d’images live[8], d’attentats à répétition. Pourtant, on le sait d’ors et déjà aujourd’hui, le « Djihad » terroriste n'est pas un phénomène de très grande importance. Il prétend certes former à lui seul une bipolarité avec le monde occidental. Mais ce n'est qu'un phénomène secondaire, un mal parmi des maux auquel le grand capital, seul maître du monde, apporte remède.

Mais ce « grand Djihad » permet surtout à Maurice G. Dantec de revenir sur les religions, principalement les trois grandes religions monothéistes, afin de nous construire ce foisonnant roman aux accents judéo-chrétiens. Une œuvre que l’on peut d’emblée qualifier de profondément réactionnaire.

 

Le futur annoncé, ce sera également les villes. Villes-pieuvres selon Maurice G. Dantec. Villes-machines : « Voici à quoi ressemble Grande Jonction dès l’arrivée, dès que vous êtes happé par le fleuve de désir humain, moniste, pur, terriblement actif, qui écume en milliers de gouttes individuelles en se fracassant contre les murs de la civilisation : cela ressemble à un grand bordel tourné vers les étoiles. »[9] Comment ne pas lire dans cette vision de la ville, les terribles inspirations de Zéropolis[10] de Bruce Bégout ou de Blade Runner de Ridley Scott. « Ce qui s'est mis en place au coeur du désert de Mojave, la surpuissance de l'entertainment qui dicte le cours de la vie, l'organisation de la ville en fonction des galeries marchandes et des parcs d'attractions, l'animation permanente qui règne jour et nuit dans les rues et les allées couvertes, l'architecture thématique qui mélange séduction commerciale et imaginaire enfantin (...) nous connaissons déjà tout cela et allons être amenés à le vivre de manière plus habituelle encore. »[11]

 

Ce monde machine est entièrement dévolu à la technique. Ce qui n’est pas un hasard ! Comment nier que technique et science soient omniprésentes dans notre monde contemporain ? Mais cela touche également au contrôle social. On pense à Michel Foucault est sa «  microphysique » du pouvoir. Cet effort du pouvoir pour quadriller les corps, et les répartir dans l’espace. Discipliner les sujets par une très fine technique de politique des corps : rendre docile, discipliner les individus sans que ces derniers naturellement ne s’en aperçoivent[12]. Avec la machine, cela devient plus facile encore, comme chez George Orwell : « Tout ici est contrôlable, donc contrôlé »[13]. Dans le monde global, l’universHumainUni, si le monde est pour tous[14], tous sont incorporés au monde au point de ne pouvoir en échapper. Cette union n’est pas une solidarité entre les hommes. Il n’y a plus de solidarité. Comme si les liens sociaux avaient été définitivement rompus. Les hommes sont formatés. Comme dans les camps[15] de concentration, la grande machine, dans sa folie métaphysique, leur a ôté toute individualité, toute singularité, toute particularité, toute identité. Uniformisés par la machine, ils ont été agrégés à l’unité machine. Nous sommes dans une « fin du monde sans fin »[16]. Autant dire, une fin de l’histoire. Plus aucune évolution n’est possible. L’homme est arrivé à son achèvement. Les machines lui succèdent. L’ère du « post-humain » a commencé.

 

Le « pitch »

Tout débute à quelques années de nous : en 2057. Un grand Djihad a dévasté le monde à présent dominé aux deux tiers par l’UMHU[17], et dont le troisième tiers, l’Europe, est sous le joug de la Charia. L'UMHU est un appareil que l'on pourrait qualifier d'onucratique, dont l'omnipotence rappelle Le meilleur des mondes[18] de Huxley, ou 1984[19] d'Orwell : visez la devise : Un monde pour tous. Un dieu pour chacun. Univers humain uni[20]. C'est la guerre des mondes, ou de deux mondes, dans la droite ligne de ce que prophétise Samuel P. Huntington[21]  qui annonce un choc des civilisations à venir dans un monde devenu à la fois multipolaire et multicivilisationnelle et où les techniques et la mondialisation ont pour conséquence le fait que chaque civilisation se trouve désormais confrontée à l’ensemble des autres civilisations. Choc des civilisations pour Maurice G. Dantec dans laquelle deux tyrannies s'opposent, entre théocratie coranique et relativisme absolu. Sa vision  balaye cette bipolarité du monde, et s’attache à mettre en lumière les rapports binaires entre les nations, pour dénoncer un totalitarisme étendu à l'ensemble du globe terrestre ; en 2057, les religions sont interdites car elles sont dites « intolérantes ».


Pour échapper à ce véritable enfer terrestre, cette époque des catacombes techno-spirituelles, seules les colonies spatiales restent une valeur sûre. Mais il faut encore obtenir son billet pour un vol à bord de l'une des fusées, sorte d'antiquité du 20ème siècle, qui nous permettent d'échapper à cet unimonde inhumain. Un « monde matriciel, terminal et glaciaire, de l’UMHU »[22].C'est ce que fera en tous cas Sergueï Diego Dimitrievitch Plotkine quittant la terre pour Grande Jonction, un territoire indépendant que les économies de l'exil maintiennent en vie.

La cause réelle de son départ : accomplir une mission : tuer le maire de cette ville. Autant le dire, et on la reconnaît déjà là, la marque de fabrique « Dantec ».

 

Aussi afin de déjouer les détecteurs de mensonges très sophistiqués, la mémoire du personnage principal a été effacée, ce qui pousse sa personnalité, son individualité à se reconstituer à mesure qu’il élabore la stratégie de son crime, aidé par un processeur pirate surpuissant implanté dans son cerveau : Metatron. Une sorte d’ange cybernétique.

Cette nécessité de se reconstituer aidé par cet ordinateur va alors créer une défaillance dans le plan élaboré à la base. Le virus, Feu de la Parole divine, remet en cause l’identité et les buts du tueur à gages qui va échapper au déterminisme de sa mission.

 

Dans cet univers Orwellien, Gibsonien, on trouve des pistes multiples autour du devenir de notre propre monde : simulacre, trucage des identités, absence de mémoire, liberté de la machine et asservissement de l’homme, agrégation de tous dans l’unité de la machine, dualité âme-corps, saut de l’ange. Incorporé au cosmos, cosmos incorporé : le tout et les parties : l’univers global forme un monde où le hasard n’existe pas, où la nécessité fait loi, où les machines sont totales[23] : la grande folie du 21ème siècle rappelle naturellement les idéologies totalitaires qui ensanglantèrent l’histoire du siècle dernier. Un monde-machine qui libère les machines et met en esclavage les hommes[24]. Un monde dans lequel règne la « puissance du rationnel »[25]. Où la techno-science à remplacer la spiritualité. Où le calculable, la maîtrise des consciences et des éléments ont tout investit jusqu’au langage.

 

Bipolarité du monde

Là où Villa Vortex se voulait une critique radicale de notre polis contemporaine, notamment avec un brillant panorama du serial killer, et de la décadence de l'Europe à partir de la guerre de Bosnie-Herzégovine, jusqu'à son point ultime, la chute des tours en septembre 2001, Cosmos Incorporated est le roman d'un futur plus qu'entamé, un voyage initiatique et mystique, un panorama complet de la guerre des religions, des affrontements inter-éthniques qui secoueront selon Dantec le 21ème siècle, ― siècle  qui sera spirituel ou qui ne sera pas ?

 

Les références théologiques et mystiques sont bien entendu nombreuses. Jusqu’à cette opposition entre deux mondes : la terre et Grande jonction, cette cité spatiale permettant d’échapper à l’enfer qu’est devenu la planète Terre. Doit-on rapprocher Grande jonction de la Cité de Dieu de Saint Augustin ? Ce père de l’église qui écrivait que dans ce monde se trouvent deux cités qui coexistent : la cité terrestre dont le principe est l'amour de soi allant jusqu'au mépris de Dieu et la cité céleste qui regroupe toutes les nations vivant sous la loi de Dieu et qui a pour principe l'amour de Dieu jusqu'au mépris de soi. Certes, pour Saint Augustin, si la cité terrestre est historique et donc contingente, la cité de Dieu pour sa part,  a pour fin la paix dans la perfection, les malheurs humains n’étant alors que des épreuves et des châtiments qui nous préparent à l'éternité.

Cette référence théologique est très importante et se place au centre de l’œuvre. Elle rejoint la dualité âme-corps qui accompagne la quête initiatique du héros, et elle s’entérine dans le feu de la parole, le logos « qui ne s’articule que par delà le Bien et le Mal »[26].

 

Le monde de la surmachine

De la guerre des mondes, des religions, des ethnies, de l’arraisonnement des consciences ressort la Chute programmée, telle que celle de cet androïde qui se déprogramme pour être baptisée en comparaison avec tous ces hommes devenus des robots sans âme ou, pour le dire autrement, des hommes qui auraient dépassé l'humain. Plotkine est de ceux-là : mi-homme mi-machine, mais fiction complète : dans ce continent de la post-humanité la Métastructure, matrice omnipotente, contrôle tous les horizons, tous les hommes dont la perte d’identité est patente : « Un monde pour tous et un Dieu pour chacun »[27]. Dans ce monde du totalitarisme mou et du relativisme absolu, dans cette uniformité uniforme, (cela rappelle les pires moments de la démocratie, où toutes les têtes sont alignées sans espoir de hauteur, le relativisme étant devenu dominant !) on imagine que la machine et la globalisation du monde ont avalé les distinctions, les différences, les oppositions et, précisément ce qui rendait l’homme humain : une identité unique. Les machines sont à l’image de l’homme, à moins que ce ne soit l’inverse. L’homme se fait peu à peu à la machine : dépassement de l’homme par la machine, jusqu’à l’engloutissement total : « ce monde de la Dévolution générale, ce monde de machines et de trucages biopolitiques, ce monde de la police sanitaire mondiale indique aussi l’horizon de son dépassement »[28]. L’univers de Maurice G. Dantec rejoint celui de William Gibson dans Neuromancien[29], ses thèses celles de Günther Anders, ― qu’il ne manque d’ailleurs pas de citer ―, analysant dans Nous, Fils d’Eichmann[30] et De l’Obsolescence de l’Homme[31] le devenir-machinique de notre monde, cette ontologie négative qui souligne les risques que comportent cette interpénétration des êtres humains et de la machine ; que ce soit l’accélération du cycle production-distribution-consommation, que ce soit la bureaucratie ou la technocratie : « le tout est supérieur à la somme des parties » dit Günter Anders. Maurice G. Dantec abonde dans son sens : le sujet de la liberté a été inversé. Ce que l'on peut souligner, et qui parait déjà si vrai, c'est cette idée, que nous, êtres humains, ne sommes plus libres, ce sont à présent les machines qui le sont. Dans la droite ligne de Nietzsche, Anders considère que l’être-charnel-humain est lui condamné à l’infinie répétition de l’identique, aux prises d’une société malade dont les capacités d’accroissement des performances techniques semblent ne montrer aucune limite, alors que nos facultés de représentations demeurent pour leur part limitées. Une réflexion qui rejoint celle de Philip K. Dick dans certaines de ses nouvelles et de ses romans[32]. On notera également les références à la junk-ADN comme « la « matière sombre » de l’ontologie de la machine de la quatrième espèce ». [33] Junk-ADN ou comment la grande question métaphysique de la liberté humaine est d’emblée invalidée au profit d’un déterminisme absolu[34] : une des nombreuses pistes ouvertes par Maurice G. Dantec pour stigmatiser au sein de son récit le déterminisme social et biologique qui asservit l’ensemble de l’humanité.  

 

Virtuel/réel : le monde du simulacre

Alors bien sûr, quand on s’attaque à un monde machinique, un homme-machine, on se doit de faire référence aux « faux-semblants » : « son identité n’était pas perdue, elle était truquée »[35]. Nous sommes là tout en bas de la caverne de Platon. Tout est faux. Tout est apparences. Il s’agit de se méfier du réel. Il s’agit de ne pas confondre le vrai et la réalité. Les deux doivent être distingués. « Rien, peut-être, n’était vrai. Mais plus probablement encore, tout sans doute n’était pas faux. C’était à peine moins angoissant. »[36] Évidemment, on enfonce des portes ouvertes,  mais Dantec radicalise, en jouant constamment sur les consonances faux/vrai. Il fait surgir le règne des apparences, des illusions qui broient notre contemporanéité atrophiée : « Il est était plus faux encore que tous les faux mondes qui constituaient celui-ci. Plus faux que le faux, cela revêtait-il quelque sens ? »[37] L’imitation devient plus vraie que l’original. Par la programmation de la mémoire, l’émergence de l’intelligence artificielle, le réel est bousculé, tronqué. On peut même se demander dans ce jeu d’esprit si le réel est encore réel. Peut-on sortir de cette impasse nihiliste, ou devons-nous nous résigner à finir nos jours dans les décombres du réel ? Le désert du réel[38]. Le faux remplace le vrai, le vrai devient faux. Tous les repères sont brouillés. Par exemple cet être vivant, un chien, que Plotkine prend d’abord pour un vrai avant de réaliser que c’est un « cyberdog »[39]. Clin d’œil aux moutons électriques de Philip K. Dick. Bienvenue dans  le règne de la « post-humanité ». Celle de l’avènement des biotechnologies. La post-humanité ou « l'utopisme messianique des technoprophètes. Pour ceux-ci, les robots vont se substituer à l'homme, qu'ils finiront par affranchir de son corps. En téléchargeant nos pensées sur des ordinateurs de plus en plus puissants, nous allons conquérir une sorte d'impassibilité et de perfection qui nous garantira l'immortalité ! En somme, l'homme deviendra une pure raison. »[40] Le désir fou d’éternité, ou le sombre règne de l’immortalité ? On retrouve là les pistes explorées par Michel Houellebecq récemment avec son dernier roman La possibilité d’une île[41]. Dans cette veine, Maurice G. Dantec dresse des machines, un panorama sombre et pessimiste, presque apocalyptique. Ces machines qui ont ôté à l’homme toute humanité. Si ce n’est une sorte de « transhumanité » idéelle, une ère curieuse, où l’homme pourrait s’affranchir de toute matérialité corporelle. Parlons alors plutôt d’un Unimonde machine sans humain. Là où les hommes sont tous des êtres déterminés par la matrice. On touche au point ultime de la paranoïa absolue de Maurice G. Dantec, qui rappelle les travaux d’Asimov à propos des robots. La machine dominera-t-elle la conscience universelle de l’humanité dans un monde uni ou les humains auront perdu toute liberté et par là, toute identité ? Ou existe-t-il un contre-Monde, un monde à l’envers, envers du décor, sorte de porte de secours pour l’homme arraisonné par la matrice ?

 

La réponse, cet homme seul — le dernier homme —, Sergueï Plotkine, arrivant dans une ville pour tuer un autre homme, va nous la donner. Plotkine est un personnage re-fabriqué, re-programmé. Évidemment, il n’a plus de liberté. Tout est sous contrôle. Contrôle de la matrice. Contrôle de l’État ? Mais si l’homme semble condamné à l’enfer de la technologie, du progrès, de la domination du monde et de la psyché par la technique et les sciences, il reste néanmoins un point d’espoir : l’homme est une conscience. Voilà notre espérance : l’humain est une conscience qui est capable de s’arracher à sa détermination biologique ; à son aliénation à son programme génétique. L’homme est un fait biologique, certes. Mais pas que cela. Dans le monde-machine, ce retour à l’asservissement, au déterminisme peut être contrarié. Pour ce faire, il doit se dégager du « Monde-Boite de la machine »[42]. Si l’homme et la machine deviennent « UN », l’homme peut toutefois se sauver du règne de la machine. Se sauver de ce dépassement de son humanité. Dantec en est convaincu. Voilà l’objet de son roman : sauver l’homme d’un enfer annoncé. Voilà le grand projet de Cosmos incorporated : annoncer le pire et démontrer l’impossible.

Dans cette société du divertissement, de la consommation, du spectacle, Dantec a compris que le grand problème de l’humanité au 21ème siècle sera celui de son identité. Quel est le propre de l’homme ? Son appartenance à la chaîne des vivants. Une appartenance déjà trouble, obscure, mystérieuse. « On s’aperçoit que ni son code génétique, ni l’utilisation d’outils, ni un certain langage, ni les codes sociaux ne le singularisent absolument. »[43] Comment alors repenser l’identité ? Cette identité qui a elle seule fait la dignité humaine. Demain, qu’en sera-t-il de cette identité, diluée dans la masse, incapable de grandeur, absorbée par une technique performante mais déshumanisante ? Il est utile que  l’homme questionne sa conscience morale pour qu’il ne se « trompe pas de dépassement »[44]. Entre trou noir, boite noire, futur noir, l’homme, pour rester humain, ne doit pas l’être.[45] Il doit devenir un ange. Voilà peut-être la clé !

 

Ange, Plotkine le deviendra. Suite à cette faille durant son odyssée dans cet univers abîmé. Suite à un « dérèglement », Plotkine se révèlera à lui-même, se laissera envahir par d’autres idées jusqu’à se donner une autre finalité à la mission qui lui a été confiée. Aussi découvrira-t-il progressivement  le secret dont il fait partie.

Il pensait être venu à Grande jonction pour tuer un homme…

 

La fin de l’homme ou l’«antéchrist » 

Dantec explore la disparition de l’homme, anéantit dans la désincarnation technique/homme qui ne forme plus qu’un seul monde. Il annonce la fin de l’homme, une fin toute prochaine[46]  selon Dantec qui cherche à nous dire que la fin de la technique est elle-même, par conséquent, « presque » d’actualité.  Un  « anéantissement du sujet »[47] qui pose bien sûr des problèmes théologiques, politiques, philosophiques ou encore épistémologiques.

 

Mort de Dieu ou homme sans Dieu ? L’un est l’autre. Orphelin de Dieu, l’Homme se dirigerait semble-t-il vers son « après », ce qui ressemble d’ailleurs à un retour vers l’« avant », selon les mots mêmes de Dantec.

 

Tentative de lecture de l’Homme, l’homme-machine, l’homme-ange — quelque part entre Villiers de l'Isle-Adam et H.R. Giger.

Cette annonce de la fin de l’homme, Michel Foucault l’avait déjà proclamé dans Les mots et les choses[48]. Cette fin d’une « figure unifiée et souveraine du savoir »[49] préfigure celle plus empirique annoncée récemment par le philosophe américain Francis Fukuyama[50]. Ce dernier annonce la fin de l'homme, sur le plan scientifique, d’abord. C’est-à-dire que l'homme, celui que nous connaissons aujourd'hui, selon le philosophe américain, aura complètement disparu d’ici deux générations, si tout continue à ce rythme. Mais à la différence de Maurice G. Dantec, Francis Fukuyama ne dresse pas un panorama pessimiste. Il ne fait pas dans le désespoir cynique. L’homme nouveau sera selon ses vues, plus « heureux », grâce notamment aux psychotropes, comme le Prozac ou la Ritaline ; il sera plus intelligent ; moins malade ; plus jeune plus longtemps.

Mais là où Francis Fukuyama semble se contredire, disant à la fois qu’il ne faut pas accueillir ce temps nouveau en étant trop alarmiste, que l’homme ne saurait aller contre lui-même, comptant (un peu naïvement ?) sur une sagesse naturelle de l’espèce, Dantec tente de recourir à ses expériences mystiques, pour trouver une porte de sortie à cet enfer des machines et de la technologie, tout en dévoilant ses craintes quant à un uni-monde global avalé par la Machine, afin de donner une ultime chance à l’homme d’échapper à la catastrophe annoncée.

Et si Francis Fukuyama annonce un homme bientôt génétiquement manipulé, terminal, machine, comme dans Le Meilleur des mondes, prévoyant ainsi une révolution technologique et biotechnique, Maurice G. Dantec annonce lui, l’homme-ange, dans ce roman sur une « révélation ». Celle dont Plotkine trouvera son salut. Chez Saint Augustin, qui est l’auteur référent de l’écrivain catholique, l'homme ne peut pas se sauver tout seul. Et de bien entendu, Dantec n’oublie pas cet impératif. Au moment où Plotkine subit un « dérèglement », il n’oubliera pas l’idée de ce père de l’église : l’homme ne saurait faire lui-même son salut. C’est Dieu qui lui accorde ou non. L’homme sans Dieu, est incapable de se désaliéner des sollicitations de la concupiscence, ou de la puissance des passions, liée au péché originel. Dantec en est conscient. L’homme sans Dieu est incapable de se désaliéner à la matrice. La foi sera son seul salut.

 

Plotkine se pensait un homme sans Dieu. Grâce à la révélation, il va devenir un homme-ange.


Le démiurge

« Pour moi, le monde est une machine à écrire. »[51] Bien sûr, comment ce roman aurait-il pu être, sans interroger le langage ? La Bible nous dit : « Au commencement était le verbe.» Miracle du logos au « Surpli infini »[52]. On pense naturellement au pli deleuzien[53]. On pense à l’emploi du langage. Nietzsche qui dénonçait certains pièges du langage et de la logique dans la conception métaphysique du vrai[54]. On pense au langage comme moyen de penser. À la contingence du langage. À la communication comme simulacre du la discussion, fondée sur un abus du langage. Dans la méga-machine, la machine totale, « la peur est un langage »[55]. C’est le langage du langage. Autant dire celui du totalitarisme.

Logos/Parole/Ecriture se connectent alors comme dans la dernière partie de Villa vortex à l'écrivain démiurgique, le rêve même du romancier qui veut sauver le monde de l’arraisonnement. L’écrivain comme Plotkine, est un homme libre. Celui qui peut sortir du Camp.[56] Plotkine est un homme libre et l’écrivain aussi, car tous deux sont des anges. « Un ange qui écrit et réécrit les monde. »[57]

Plotkine était venu à Grande Jonction pour tuer le maire de cette ville. Il incarnait le mal. Mais suite à une prise de conscience, il se transforme ; il devient ce qu’il est[58] : un ange. Dans cette vision très manichéenne du monde, la vision chrétienne de Dantec, on trouve encore un moyen d’échapper à la Métastructure : écrire. Se convertir au christianisme. Recourir à la spiritualité. Il le faut pour lutter contre l’asservissement à la machine, au totalitarisme mou du Camp et de l’entertainment, pour s’affranchir du joug invisible de « la performance maximale »[59]. En contre-monde : la narration. Narration qui se fait Chair. L’Ecrit qui devient Corps. La Parole qui se fait Acte.[60] Produit d’une vision théologique enracinée dans le judéo-christianisme, la narration se fait voyage « cyber-crypto-technologique » aux frontières de la métamorphose mystique.

L’écrivain est ce démiurge. L’ange : le « scribe céleste »[61].Cet être capable d’échapper au simulacre du Monde Global, de Zéropolis, de la méga-machine. De briser le miroir. Il est cet empire dans un empire. Il y a une liberté du narrateur. « Vous êtes le moteur de votre propre histoire. »[62] Le narrateur échappe à la nécessité de la matrice. Il est l’ange. Chez Dantec qui inverse la proposition cartésienne « Je pense donc je suis », le corps et l’âme sont non seulement divisibles, mais la pensée n’est pas l’existence. Par le détachement de la pensée, l’écrivain-créateur devient le narrateur de sa propre vie. Et par là même, peut se désincorporer de ce cosmos incorporé où le tout a retrouvé les parties.

Le récit romanesque devient également une réflexion sur l’art d’écrire. Cette marque de la modernité qui pousse la littérature à réfléchir sur elle-même. Par un système de pli et de repli, le récit nous conduit à réfléchir à la black-box, boite noire du monde, cet envers du décor qui s’oppose à ce monde global où l’identité est perdue et truquée. Perte de l’identité, de la mémoire. Une perte de l’individuation qui conduit Plotkine, l’homme-androïde, à se nourrir de la problématique la plus classique de la philosophie : celle de l’un et du multiple[63]. L’homme-ange sorti du camp pour s’accomplir. Il est à la fois un et multiple. Il s’affranchit du simulacre de son ancienne identité. Il échappe à l’inhumain.

En réaction contre la machine, la méga-machine qui absorbe tout, contrôle tout, rationalise tout, il faut croire. La spiritualité sera la porte de secours. « L’Acte divin, c’est avant tout de faire jaillir le Bien de lui-même vers Sa créature et de Sa créature vers lui. »[64] Nous sommes comme ces monades leibniziennes, chacun de nous forme un monde dans le méga-monde. Mais par notre capacité de création, nous pouvons opposer au « Monde créé »[65] un autre monde. L’homme est devant la création, « le Grand narrateur »[66]. La foi lui permet d’échapper à la Métastructure. Quand il sort du camp, il est un homme libre. Libéré de la machine qui contrôle la réalité.[67]  Il s’oppose à cet Homme-machine ôté de toute liberté ontologique, dévolu à la technique, asservit à ce monde coupé de toute transcendance ; jusque là enfermé dans un monde malade, une société délétère, destructrice, Plotkine reprend la maîtrise de son destin.

 

L’écrivain, comme Maurice G. Dantec, écrit dans les ruines du futur. Nous devons saluer le moment où viendra l’Apocalypse. C’est par là que termine le roman somptueux de Dantec. L’Apocalypse sera le moment où l’invisible deviendra visible et où l’humanité se révélera à elle-même[68]. On croirait presque que cet Apocalypse, Dantec veut nous l’offrir. Il fait de son personnage un être plus vivant que le carton pâte du roman. Plotkine est l’égal de Dantec. Peut-être a-t-il lui-même pris en main l’écriture de ce roman ? Roman de sa propre histoire. Car, comme Dieu, l’écrivain est pour Dantec, dépositaire du verbe. Et comme Jésus, comme Zarathoustra, Plotkine est cet envoyé, cet « ultime vivant envoyé aux êtres vivants »[69]. A la fois dernier homme et premier homme[70], dernier signe et premier signe, Plotkine est cet ultime espoir dans un monde totalitaire, ultime signe avant l’engloutissement définitif : « Un jour, pensa-t-il, il y avait eu un monde ici. »[71]

 

Notre « postmodernité »

Cosmos incorporated ou l’art, non pas de reproduire le visible, mais de rendre visible... Quand Aldous Huxley, Philip K. Dick ou encore George Orwell entre autres, parlaient dans leurs romans de notre avenir presque lointain (quelques cinquante années !), Dantec nous parle de notre propre époque, de notre temps présent, de notre postmodernité ; « sordide » réalité que nous refusons de voir mais qui nous menace en permanence.

 

Très influencé par William Gibson, George Orwell, Philip K. Dick, Aldous Huxley, Saint Augustin, Saint Thomas d’Aquin, Maurice Blanchot, Martin Heidegger, William S. Burroughs, Günther Anders, Bruno Brégout, Gilles Deleuze, et tellement d’autres, ce nouveau roman de Dantec est puissant tout en étant des plus hermétiques en plusieurs endroits. Construit selon les normes du labyrinthe, foisonnant, complexe, saturé de chemins qui ne mènent nulle part, on y trouve tout de même des clairières, le souffle et l’ambition qui le portent, tranchent avec la mauvaise littérature contemporaine ; certes, la densité, le foisonnement des références ne parviennent pas à masquer complètement quelques moments encore brouillons. Tout ce que le « cerveau malade » de Dantec contient est jeté, parfois de manière quelque peu  inégale. Chaotique. Outré de ses excès.


Reste néanmoins que, dans son échec, Cosmos incorporated est d’une profonde originalité, un roman à pistes multiples, un diaporama de notre monde en ruines, un roman aux multiples perspectives philosophiques et théologiques, un livre apocalyptique transporté par un souffle et un style qui essayent de renouveler le genre de la SF. On ne pourra reprocher à la vision de Dantec à propos de la décadence de notre époque de ne pas être lucide sans pour autant être des plus pessimistes. S’inscrivant d’emblée dans une lutte sans merci contre l’ère de tous les fléaux, Dantec multiplie les idées, mêle Junk-ADN, nanotechnologie, méga-machines, dualité âme-corps, ou encore la conscience à une relecture de la Bible et des pères de l’église. On peut dire qu’il faut parfois beaucoup de courage et de persévérance au lecteur le plus perspicace pour s’accrocher à ce nouveau thriller technologique. Affronter les obsessions durables de Dantec comme le retour de la barbarie dans nos civilisations modernes, les intégrismes religieux, la violence qui s’aggrave dû à une déferlantes de psychotropes, le futurisme biotechnologique. Certains auront le vertige, d’autres des difficultés à avancer dans le roman, notamment dans sa seconde partie, la plus obscure, la difficile, probablement la plus indigeste, mais vous comprendrez néanmoins sans mal pourquoi Dantec ne craint plus personne : tous ces médiocres qui le jugent hâtivement, l’accusant de nihilisme, ou de fascisme, trop obsédé à survivre en apnée dans un monde en ruines, un monde crétin, préparant ses quelques lecteurs à l’avènement d’un homme nouveau qui survivra à la mort de l’homme « post-humain ».

 Maurice G. Dantec, Mega-machine(s)© Copyright 2005 Marc Alpozzo

 

[1] Maurice G. Dantec, Cosmos incorporated, Paris, Albin Michel, 2005.

[2] Paris, Gallimard, 2000.

[3] Marc Alpozzo, ID : Cyberpunk, E-torpedo, 22 février 2005 : http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=152

[4] Editions Gallimard, 2003.

[5] Série noire, Gallimard, 1995.

[6] Série noire, Gallimard, 1993.

[7] « Les hommes vivent entourés de machines à leur image et ils se clonent désormais à leur image, pourtant ils ressemblent de moins en moins à des hommes et de plus en plus à des machines. », Cosmos incorporated, p.293.

[8] Voir les attentats du 11 septembre 2001.

[9] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.58.

[10] Bruce Bégout, Zéropolis, éditions Allia, 2001.

[11] Bruno Bégout, Op. cit.,

[12] Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

[13] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.25.

[14] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.31.

[15] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.31. « Camp de regroupement sanitaire 77 ».

[16] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.48.

[17]  UniMondeHumainUni.

[18] Editions Presse-Pocket.

[19] Editions Folio-Gallimard.

[20]  Maurice G. Dantec, Op. cit., p.27.

[21]  Samuel P. Huntington, Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 2000.

[22]  Maurice G. Dantec, Op. cit., p.99.

[23] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.284.

[24] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.273.

[25] Formule que je reprends à Dominique Janicaud, La puissance du rationnel, Paris, Gallimard, 1985 : « Puissance du rationnel ? Il vaudrait sans doute mieux parler de son impuissance : à maîtriser les passions et les folies de l’homme du XXème siècle, à gouverner les Etats et guider la planète vers une paix stable et définitive, à conduire le progrès scientifico-technique, à établir indiscutablement sa propre essence ainsi que sa relation à l’être et aux valeurs. » Avant-propos, p.9. 

[26] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.262.

[27] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.27.

[28]  Maurice G. Dantec, Op. cit., p.293.

[29] William Gibson, Neuromancien, Paris, La découverte, 1985.

[30] Editions Rivages, 2003.

[31] Editions encyclopédie des nuisances, 2000

[32] Voir à ce propos Philip K. Dick, Un vaisseau fabuleux et autres voyages galactiques, Paris, Folio-SF, 2005.

[33] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.295.

[34] Selon certains chercheurs, la junk-ADN est le phénomène déterminant des traits de caractère comme la timidité, ou les désordres sociaux tel l'autisme chez l'humain. Junk-ADN ou une vision déterministe du vivant. Ces régions de l'ADN sont de fait utiles puisqu’en variant de génération en génération, elle risque d’influencer et de faire évoluer les comportements sociaux.

[35] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.150.

[36] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.66.

[37] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.137.

[38] Voir Slavoj Zizek, Bienvenue dans le désert du réel, Paris, Flammarion, 2005.

[39] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.67.

[40] Entretien avec Dominique Lecourt, Le Point, 18 juillet 2003, n°1609.

[41] Fayard, Paris, 2005.

[42] « Je ne sais ni quand ni où je suis né. D’ailleurs peut-on vraiment dire que je suis né ? Et même né quelque part à un moment précis ? », Op. cit., p. 404.

[43] Dominique Janicaud, Op. cit., p.5.

[44] Dominique Janicaud, L’homme va-t-il dépasser l’humain ?, Paris, Bayard, 2002, p.97.

[45] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.405.

[46] Maurice G. Dantec, Op. cit., p560.

[47] Maurice G. Dantec, Op. cit., p560.

[48] « L’homme est une invention dont l’archéologie de notre pensée montre aisément la date récente. Et peut-être la fin prochaine. » Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p.398.

[49] Dominique Janicaud, Op. cit., p32.

[50] Francis Fukuyama, La fin de l’homme, les conséquences de la révolution biotechnique, Paris, Editions La table ronde, 2002.

[51] Maurice G. Dantec, Op. cit., P.295.

[52] Maurice G. Dantec, Op. cit., P.309.

[53] Gilles Deleuze, Le pli, Leibniz et le baroque, Paris, Editions de Minuit, 1988. « Un labyrinthe est dit multiple parce qu’il a beaucoup de plis. Le multiple ce n’est pas seulement ce qui a beaucoup de parties, mais ce qui est plié de beaucoup de façons. », p.5.

[54] Frédéric Nietzsche, Humain, trop humain, Paris, Editions Mercure de France, p.29.

[55] Maurice G ; Dantec, Op. cit., p.341.

[56] Maurice G ; Dantec, Op. cit., p.296.

[57] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.363.

[58] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.465.

[59] Günter Anders, Nous, fils d’Eichmann : Cité par Maurice G. Dantec, Op. cit., p.399.

[60] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.265.

[61] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.534.

[62] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.434.

[63] « Pouvait-il y avoir un état intermédiaire, ou peut-être synthétique, entre deux qualités primordiales : l’Un et le Multiple ? », Maurice G. Dantec, Op. cit., p.151.

[64] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.553.

[65] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.553.

[66] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.551.

[67] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.151.

[68] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.552.

[69] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.554.

[70] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.563.

[71] Maurice G. Dantec, Op. cit., p.570.

 

Les commentaires sont fermés.