Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gloire aux vaincus !

Disons-le : Joe l’endormi, le gaffeur, l'insider, dont les 47 années passées chez les Démocrates en font un vieux briscard de la politique, a bénéficié d’un « ras-le-bol » irrationnel de la part d’une partie de l’électorat américain, à cause du matraquage des mass media, - ce qui montre à la fois leur nocivité et leur importance dans ce vote démocratique, au point de nous laisser croire que la médiacratie a remplacé la démocratie. Mais bon, ceci est entendu depuis déjà 30 ans !

 

Le bilan du président sortant a été sciemment écarté, à la fois par les journalistes, qui ont préféré la polémique à l’analyse politique et ses détracteurs, qui répètent en cœur (sans foi ni raison), ce qui a été dit dans les journaux. Bref, on oublie ou feint d'oublier, qu’avant le Covid-19, on avait la meilleure croissance depuis au moins 50 ans aux USA, qu’enfin le président avait mis un stop à l’immigration clandestine (ce qui a été l’objet de nombreuses critiques malhonnêtes et méchantes) que les emplois étaient repartis à la hausse, que le niveau de vie, y compris pour les minorités noires (56% des Américains le reconnaissent) avait explosé, ce qui jurait avec le bilan très mitigé d'Obama.



Trump avait également continué le processus de désengagement de l’armée américaine dans les pays arabes (commencé sous Obama), et assuré la paix dans le monde durant 4 ans, ne déclenchant aucune guerre nulle part, puisque Trump a agi du côté des mollah en Iran, les empêchant de déstabiliser le Moyen-Orient, bloqué la Chine dans ses ambitions d’hégémonie sur le monde, assuré le processus de paix au Proche-Orient en faisant signer un accord entre Israël, le Bahreïn et les Émirats Arabes Unis. Il a également frappé un bon coup du côté de islamistes, en faisant quasiment disparaître le terrorisme islamique du monde occidental. Mais bon, tout cela, pas un mot dans les journaux mainstream ! Non, pas un !



En réalité, tous les médias lui furent hostiles, depuis le premier jour jusqu'au dernier. Son malheur : avoir contrecarré les plans du parti démocrate. Après deux mandats assez contestés de Barack Obama, celui-ci pensait logiquement continuer sa petite politique de transformation en profondeur du pays avec Hillary Clinton ; mais il a dû se rendre à l’évidence : le vote « réactionnaire » des américains blancs et de l’Amérique profonde, venait de donner un coup de frein à ce qu’il pensait irréversible. On s’y opposant, Donald Trump est devenu, pour les médias mondiaux, l’empêcheur de tourner en rond qu’il fallait dézinguer coûte que coûte.

 

trump.jpeg

Trump critiqué par la presse mondiale dès
le premier jour de son élection à la Maison blanche



Tous les médias lui ont été hostiles, TOUS, à l’exception peut-être de Fox News, mais je n’en suis même pas certain ; les manœuvres frauduleuses du parti démocrate, je rappelle les insinuations de l’administration Obama, faisant croire au lendemain de l'élection, que Poutine avait été à la manœuvre, déclenchant des manifestations anti-Trump les jours suivants ; l’indécente procédure de destitution menée contre lui, en violation de toutes les règles de droit, ayant même suscité l’indignation d’éminents juristes démocrates.



Bref, gloire au vaincu !



Gloire à Trump qui a su se battre contre le « marécage », ce brave monstre froid, qui est le baromètre de la santé du monde et de la démocratie américaine.



Gloire à Trump qui fut un vrai héros indépendant et libre, face à une administration et des mass-media corrompus jusqu'à l'os !



Ma glorification des vaincus peut paraître un vieux vice national datant de 1870, pour mettre un peu de baume au coeur aux blessés. Moi, j'aime ça de glorifier les vaincus. Surtout quand ceux-là ont été de vaillants guerriers seuls contre tous !



Gloire au vaincu, dis-je, en observateur déçu et désabusé.


Gloire aux vaincus !

trump2.jpg

Trump, un outsider à la Maison blanche (2016-2020)

 

En couverture : Dessin de Bertrams paru dans De Groene Amsterdammer, Pays-Bas.

Commentaires

  • Des perdants grandes gueules, vantards, amis avec des hoooligans....franchement, il y a d'autres héros qu'on peut adopter.

  • @André Seleanu heureusement que ce n'est pas un héros. Et surtout pas le mien. Mais Biden à la Maison blanche, c'est un peu comme Aldo Maccionne qui reçoit un Molière pour Plus beau que moi tu meurs !

  • Donc Marc vous êtes irrémédiablement nietzschéen..?

  • @Nicolas, à mes heures perdues !

  • Trump, c'est le fond pas la forme, c'est instinctif et redoutable, avec un très bon bilan !
    Biden c'est la forme, bien pensante mais vide pas de fond, il n'y a rien derrière, pas de programme pour la souveraineté des USA.

  • Sur Wikipedia on lit que 57 des plus grands journaux étaient contre lui, deux pour (et peut-être moins imporrants).
    Je n'ai jamais suivi ses activités de près, mais ici j'entends depuis des années une parole unique pour le décrire, disant par exemple qu'il est hypersexiste, et tout d'un coup je lis qu'il était massivement soutenu par des femmes... alors là parole unique aurait-elle remplacé avantageusement la démocratie en 2020 ? En tout cas ça je n'en suis pas sûr...

  • C’est fou les gens jugent sur l’apparence , Trump en jouait et c’est peut-être ça que cela lui a joué des tours . En attendant pendant ces quatre année à la présidence Trump n’a pas fait de guerre . Après le réchauffement climatique c’est une histoire pas très claire , ça me fait penser à HARP . Là aussi on nous culpabilise comme si c’était notre faute . La faute est aux politiciens , à la course de l’espace , aux chemtrails ,ect

  • Mais il est loin d'être vaincu! Bien au contraire...

  • Trump, qui reçu d'innombrables prêts des oligarches russes à travers Deutsche Bank, en quoi est-il libre? Avec Putin créditeur, est-il libre? (D'ailleurs, il avait six faillites dans son sac) Quelqu'un qui n'a jamais lu un livre, est-il libre?

  • @André Seleanu plus libre que Biden en tout cas, j'en suis certain !

  • @andré seleanu si Trump n avait pas été libre ils l auraient réélu

  • Si la liberté est d'avoir 400 000 000 de dollars dettes aux oligarches russes et à Putin, alors il faut vraiment ajouter à la définition dans le Petit Robert et aviser les étudiants.

  • @André Seleanu vous avez une curieuse tendance à réduire les concepts à votre convenance et selon les intérêts de votre discours

  • ...un certain légalisme, direz-vous ?

  • L'un est un petit clébard qui aboie ;
    l'autre est une meute féroce mais patiente, qui va nous .....
    Qui a déjà bien commencé, d'ailleurs ...

Écrire un commentaire

Optionnel